Une cuisine japonaise et scandinave _ (lire la suite)

Cucu,

Après ma chambre, je vous emmène dans un petit bout de ma pièce à vivre, mais pas des moindre, la cuisine !

Comme le reste de l’appartement, la cuisine n’était plus au goût du jour (ou en tout cas à mon goût) : quelques petits changements ont été nécessaire.

AVANT les changements 

La cuisine se trouve dans une grande pièce à vivre et a l’avantage d’être proche d’une fenêtre. Elle se situe sur un mur qui a été divisé en deux : la moitié a été transformée en placard. Pour séparer la cuisine, un grand bar / îlot prend place. Le problème majeur de l’espace, outre l’aspect rustique des meubles, fut ce meuble qui n’était pas adapté à l’appartement : trop large, trop haut, trop long.

Les changements

Repartir à 0

J’ai décidé de garder uniquement l’électroménager et le frigo de l’ancienne cuisine. J’ai choisi de tout commander chez Castorama pour plusieurs raisons : les produits sont très diversifiés, ils correspondaient exactement à l’idée que j’avais en tête et il y a de nombreux détails que je trouvais bien pensés. En ce qui concerne les portes du placard à côté de la cuisine, je les ai peintes en blanc pour agrandir visuellement l’espace et apporter plus de lumière (la peinture utilisée est la peinture Color Resist blanche de chez Dulux Valentine, très pratique pour les surfaces proches d’endroit salissant car elle se nettoie facilement).

Je suis parti sur deux modèles de cuisine (Epura et Kontour) afin de mixer des portes blanches et brillantes et des portes en bois clair et massif, le tout mixé avec des éléments noirs. Mes inspirations étaient tant japonaises que scandinaves, deux cultures architecturales qui m’inspirent beaucoup.

Pour être sûr de ne pas faire de faux pas, ne partez pas sur trop de couleurs ou matériaux différents. En règle générale, on dit qu’au-delà de trois, ça devient un peu compliqué.

Ici le choix du blanc et du brillant était évident : un apport de lumière et donc une sensation d’espace plus grand. Le bois, permet quant à lui de réchauffer l’espace, de le contemporaniser et de faire des rappels avec la déco de mon salon/salle à manger (je vous en parle bientôt, promis). L’évier et les détails des poignées noires permettent d’amener de l’élégance à la cuisine mais également d’intégrer plus facilement l’électroménager : four, hotte et plaque deviennent alors un ensemble ou chaque élément renvoie à l’autre.

Jouer sur des détails fins

Je vous en ai parlé dans l’article « Chambre Bleue », mais l’appartement n’étant pas très haut de plafond, j’ai toujours comme préoccupation de ne pas le surcharger et de jouer sur des effets d’optiques pour donner l’impression de plus d’espace.

Pour pallier à ce manque de hauteur, j’ai privilégié dans la cuisine des éléments fins et peu imposants à l’instar des choix qui avaient été faits auparavant. C’est pourquoi j’ai choisi de travailler avec un plan de travail très fin en bois hyper compressé, des poignées qui donnent l’impression d’une ligne et des portes sans poignée visible. Pour ajouter à l’effet d’optique, j’ai choisi d’utiliser un carrelage de 10×10 blanc en guise de crédence.

Les bonnes idées de Castorama

Mis à part qu’il ne m’a fallu qu’une journée pour monter la cuisine (j’avais fait prédécouper le plan de travail, le bois hyper compressé est très dur à travailler seul), j’ai choisi de prendre tous mes meubles chez Castorama pour les petits détails que j’appréciais particulièrement.

Celui qui m’a le plus plu était l’éclairage intégré dans le fond des caissons ! Cela permet d’avoir un éclairage diffus et surtout dissimulé au maximum.

Barrette intégrée dans le fond du meuble
La barrette est presque invisible

Les portes interchangeables facilement ont également été un gros plus : elles se clipsent très facilement et sont donc très faciles à changer.

La résistance des matériaux et les finitions sont impeccables. Les portes du modèle de cuisine Kontour sont en chêne massif et le détail du cadre en bois et très élégant. Le plan de travail est très résistant et il est comme tous les éléments de la cuisine d’ailleurs, garanti de nombreuses années.

(Je vous donne en fin d’article les infos sur les éléments que j’ai utilisés pour composer cette cuisine linéaire).

Créer un meuble sur mesure

Bien que le meuble jouant la séparation entre le salon et la cuisine était de bonne facture et dans un joli bois, il était surdimensionné pour l’appartement. Il permettait d’avoir beaucoup de rangements, mais qui n’était pas optimisé pour l’usage d’une cuisine. Sa position devant la fenêtre coupait visuellement l’espace et donnait l’impression à la pièce à vivre d’être plus petite.

Pour le remplacer et être certain d’avoir le meuble que je voulais, j’ai donc décidé de le faire moi-même à l’aide des mêmes éléments que j’avais utilisé pour la cuisine.

Description

1- Plan de travail (166x42x2 cm). J’ai utilisé le même matériau que celui de la cuisine pour créer une unité, le meuble est d’ailleurs à la même hauteur que le plan de travail de la cuisine.

2- Trois caissons de rangements hauts (aux extrémités, deux caissons de 40x72x35, au centre un caisson de 80x72x35). L’utilisation de caissons hauts permet de réduire l’épaisseur du meuble et donc d’être cohérents avec les proportions de l’appartement. J’ai choisi de mettre deux caissons de 40cm de large aux extrémités car je voulais les utiliser indépendamment. L’un sert à dissimuler la poubelle, l’autre permet d’être utilisé comme étagère. 

3- Deux planches de MDF pour dissimuler les joues des caissons (74x35x1 cm)

4- une planche permettant de solidariser tous les caissons (évidement ceux-ci sont également vissés entre eux) : 160x35x2 cm

5- six roulettes qui supportent chacune 20kg.

6- Une planche de MDF pour terminer le coffrage et dissimuler l’arrière des caissons (162x74x1 cm)Pour ajuster la hauteur du meuble, j’ai rajouté des cales en bois entre la planche et les roulettes et bien sûr, terminé d’habiller le meuble avec des portes Epura blanches et laquées, les même que celle de la cuisine. L’unité des éléments permet ainsi de lire la cuisine comme un tout et non comme un meuble posé devant. 

L’avoir mis sur roulettes à un double intérêt : il me permet de pouvoir le déplacer facilement lorsque je reçois et donc d’agrandir la table en toute quiétude. Il permet aussi d’apporter de la légèreté à l’espace puisque sans emprise au sol, il se crée un jeu d’ombre et lumière. (Petit détails non négligeable, il me facilite la vie pour le ménage !).

Jouer avec des petits éléments de déco

Pour personnaliser un peu cette cuisine sans pour autant la surcharger, j’ai choisi d’y positionner quelques éléments de décoration.

Pour jouer avec le caisson sur hotte plus bas que les autres, j’ai positionné trois pots permettant de ne pas casser l’horizontal des meubles hauts.

Bien que je trouve ma poubelle très esthétique, (j’ai craqué sur un modèle vert simple et design), je l’ai dissimulé dans le meuble créé sur mesure. Cela me permet en effet de ne pas bloquer la circulation autour de l’îlot. Je l’ai choisi chez Brabantia pour plusieurs raisons : il y a un large choix de couleurs (toujours dans les tendances actuelles) mais surtout en achetant une poubelle chez eux, vous soutenez The Ocean Cleanup à remplir sa mission qui est de débarrasser les océans des déchets plastique car pour chaque poubelle vendue, la marque fait un don.

J’ai trouvé ces deux petits éléments de jardinerie chez Elho. Ils sont dans les mêmes teintes que mon canapé (vous le verrez bientôt, je ne vous le cache plus très longtemps) et permettent donc un petit rappel de mon salon. L’ ananas, je l’ai fait découper sur mesure chez Cutter Design, un atelier de découpe et gravure à Paris. Cette start-up, montée par deux jeunes architectes, et avant tout une histoire sentimentale pour moi : ce sont deux bonnes amies avec qui j’ai fait mes études à Bruxelles qui ont décidé de créer ce lieu pour proposer un service afin de réaliser n’importe quel projet 3D. Je vous en reparlerai, mais allez faire un tour sur leur site et sur leur Instagram, quand je vous dis qu’elles peuvent tout faire, elles peuvent tout faire (et même graver sur des choco BN ! ahaha).

J’espère que ce nouvel article déco vous aura plus, dans le prochain article (qui arrive très vite), je vous emmène prendre le thé dans mon salon : vous allez être surpris, il est fort probable que vous ne découvriez absolument rien de bleu !

N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous préférer la cuisine après les modifications ou non et donnez moi vos astuces déco !

Détails des meubles Castorama : 
Cuisine linéaire :
Meuble sur mesure :
R_

Share

5 réflexions sur « Une cuisine japonaise et scandinave _ (lire la suite) »

  1. Rien à dire, deco très jolie. J’aime les cuisines où on rajoute un peu de noir, ça rajoute du contraste j’aime ! Hâte d’en voir la suite

  2. Très beau boulot monsieur “cucu”, très inspirant et efficace dans sa réalisation!

    Un joint de silicone entre le plan de travail et la faïence sera parfait!

    Au plaisir de lire encore plus d’articles!

    Max,

  3. Hello
    Tout ce que j’aime…..épuré, simple, fonctionnel….résultat chic, classe….
    Vraiment super….
    Je suis entrain de me pencher sur la réalisation d’un meuble de séparation, donc vos idées ont été les bien venues.
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *