Culture Toi #4_

« On dira qu’on s’est rencontré au musée » _

Pour que cette phrase devienne enfin vraie et que vous puissiez briller en société ou en emmenant vos dates se « culturer », voici le nouvel article de la série : « Culture toi ». Chaque mois vous pourrez y retrouver une sélection de 10 expos, histoire d’occuper vos dimanches. (Certains musées sont gratuit les 1er Dimanches de chaque mois pour tous et si vous avez moins de 26 ans, beaucoup sont gratuits tout court). 

 

Instagram symbol free iconGalerie Max Hetzler – Inge Mahn, jusqu’au 16/02/2019

S’inspirant du quotidien, la sculptrice allemande Inge Mahn se détache volontairement du banal, manipulant judicieusement des motifs afin de révéler de multiples possibilités incongrues. Travaillant principalement le plâtre blanc, l’artiste réalise des modélisations brutes d’objets, par recontextualisation, retraits et ajouts subtils. 

 

Instagram symbol free iconMusée de l’Orangerie – Ann-Veronika Janssens, Hot Pink Turquoise à partir du 22/01/2019 jusqu’au 22/04/2019 (gratuit le 1er dimanche de chaque mois)

La pratique artistique d’Ann Veronica Janssens, artiste plasticienne belge, pourrait se définir comme une recherche basée sur l’expérience sensorielle de la réalité.
Par divers types de dispositifs (installations, projections, environnements immersifs, interventions urbaines, sculptures), Ann Veronica Janssens invite le spectateur à franchir le seuil d’un espace sensitif nouveau, aux limites du vertige et de l’éblouissement.

 

Instagram symbol free iconMusée d’Orsay – Le « Talisman » de Sérusier à partir du 29/01/2019 jusqu’au 28/04/2019 (gratuit le 1er dimanche de chaque mois) 

La petite étude de plein-air réalisée par Sérusier à Pont-Aven en 1888, « sous la direction de Gauguin » comme l’indique l’inscription manuscrite au revers du panneau, a d’emblée été élevée au rang d’icône. Dès que l’artiste, de retour à l’Académie Jullian, présente aux Nabis ce paysage « synthétique » aux couleurs pures et aux formes simplifiées, ceux-ci le baptisent Le Talisman et l’accrochent au mur de leur lieu de réunion, Le Temple, où il est conservé comme une « relique ». 

 

 

Instagram symbol free iconCentre Pompidou  – Photographie, arme de classe jusqu’au 04/02/2019 (gratuit le 1er dimanche de chaque mois)

A travers une trentaine de documents inédits et une centaine d’œuvres où se côtoient les grands noms de la photographie moderne (Jacques-André Boiffard, Henri Cartier-Bresson, Chim, André Kertész, Germaine Krull, Eli Lotar, Willy Ronis, René Zuber), l’exposition interroge le passage d’une iconographie pittoresque de la pauvreté vers une conscience sociale et l’expérimentation d’un langage à la croisée du discours critique, du geste militant et de l’esthétique du documentaire.

 

 

 

Instagram symbol free iconPavillon de l’Arsenal – Transformations Pavillonnaires jusqu’au 27/02/2019 

Nés des politiques de démocratisation de la propriété dans une période de croissance urbaine inédite du XXe siècle, les quartiers pavillonnaires occupent aujourd’hui la majorité des surfaces bâties en Ile-de-France.

Alors que la raréfaction du foncier est l’une des causes principales de la difficulté à construire de nouveaux logements et de la hausse des prix de l’immobilier, cette exposition/recherche explore le potentiel inexploité du tissu pavillonnaire pour le développement d’un autre modèle de production immobilière fondé sur l’échelle domestique. 
 
 
 
 
 
 

Pour sa réouverture partielle, le musée de Cluny consacre une exposition à l’animal mythique et mystique. L’exposition prend pour point de départ les célèbres tapisseries détenues par le musée, La Dame à la Licorne, de retour au pays après un passage par l’Australie pendant la période de travaux de l’établissement culturel parisien. Tissées vers 1500, ces tapisseries montrent l’importance de l’animal mythique à l’époque médiévale. Considérée comme créature magique, la licorne est symbole de chasteté et d’innocence. Elle possède une corne aux vertus anti-poisons, et purifie les liquides.

 

L’Institut Giacometti présente les photographies inédites d’œuvres d’Alberto Giacometti prises par Peter Lindbergh, l’un des photographes les plus importants de sa génération. A ces photographies sont associés une sélection de plâtres, de bronzes et de dessins choisis par le photographe. Ce face à face, permet de montrer le dialogue très intime qui s’est établi entre le photographe et les œuvres du sculpteur tout en révélant de nombreux points communs dans leurs manières d’appréhender la représentation du réel. L’exposition rassemble près plus d’une soixantaine d’œuvres des deux artistes.

 

 

 

 

Instagram symbol free iconPavillon de l’Eau – L’eau dans la ville du XIXe au XXIe jusqu’au 31/08/2019

À travers une collection inédite d’archives photographiques, de courts métrages et d’objets d’époque, Eau de Paris vous invite à plonger dans l’histoire fascinante du patrimoine hydraulique parisien, né il y a 150 ans et sur lequel elle s’appuie encore aujourd’hui pour délivrer chaque jour de l’eau potable aux 3 millions d’usagers de la capitale. Sir Richard Wallace, le philanthrope britannique qui offrit à la ville les célèbres fontaines à cariatides, est également à l’honneur.

 

 

 

Instagram symbol free icon Le toit de La Grande Arche –  Souvenirs d’Avenir de Jean-Marie Perier jusqu’au 03/03/2019

Plus de 300 photos, dont 1/3 d’inédits que le photographe n’a jamais partagé jusque-là, et qui feront de « Souvenirs d’Avenir » l’exposition phare de ce début d’année. Le fruit de 40 ans de passion va ainsi être exposé dans l’espace culturel de 1200m2 du toit de la Grande Arche. Les années 60 et les années 90 en image ! Ce sont les deux grandes périodes que Jean-Marie Perier a choisi d’exposer pour cette rétrospective unique, inédite par sa taille et par le nombre d’artistes représentés : les années 60 et toute la scène musicale liée, des incontournables des yéyés aux plus grands artistes anglo-saxons, tels que James Brown, les Beatles, Mick Jagger, et les années 90 sous le signe de la mode : couturiers, nouvelles rock stars, mannequins…

 

 

 

Instagram symbol free icon Fondation Cartier – Martine Franck jusqu’au 10/02/2019

Traversée d’une vie de femme libre (1938-2012), de compagnonnages militants en paysage méditatifs, d’engagements politiques en portraits amicaux, ce regard ouvert à l’histoire des arts, d’une grande humanité s’est associé aux collectifs de Viva, qu’elle participa à créer, puis de la coopérative Magnum Photos.

 

 

R_

 

Share

Une pensée sur « Culture Toi #4_ »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.